Len Sassaman

Rédigé par Rogzy – 26/10/2022

Article original écrit par EvanHatch.eth et traduit par Devalium

Len Sassaman et Satoshi : une histoire de cypherpunk

Disclaimer : Nous avons perdu trop de pirates informatiques à cause du suicide. Et si Satoshi était l’un d’entre eux ?

Sommaire

Introduction

Il y a une nécrologie intégrée sur chaque nœud du réseau Bitcoin. Piraté dans les données de transaction, c’est un mémorial à Len Sassaman, un homme essentiellement immortalisé dans la blockchain elle-même. Un hommage approprié à plus d’un titre.

Azore Kevin

Bloc 138725

Len était un vrai Cypherpunk – à parts égales brillant, irrévérencieux et idéaliste. Il a consacré sa vie à la défense des libertés personnelles par la cryptographie, travaillant en tant que développeur sur le cryptage PGP et la technologie de confidentialité open source, ainsi qu’en tant quecryptographe universitaire faisant des recherches sur les réseaux P2P sous la direction de l’inventeur de la blockchain David Chaum. Il était également un pilier de la communauté des pirates : un ami et une influence pour tant de personnalités importantes de l’histoire de l’infosec et de la crypto-monnaie.

Selon tous les comptes, Len était sur la bonne voie pour être l’un des cryptographes les plus importants de son temps. Mais le 3 juillet 2011, il s’est tragiquement suicidé à l’histoire à l’histoire de 31 ans, après une longue bataille contre la dépression et les troubles neurologiques fonctionnels.

Sa mort a co
ïncidé avec la disparition du cypherpunk le plus célèbre du
monde : Satoshi Nakamoto. Seulement 2 mois avant la mort de Len, Satoshi a envoyé sa dernière communication :

« Je suis passé à d’autres choses et je ne serai sûrement plus là à l’avenir. »


Après 169 commits de code et 539 messages en l’espace d’un an, Satoshi a disparu sans explication. Ils ont laissé derrière eux une série de fonctionnalités inachevées, des débats enragés sur leur vision de Bitcoin et une fortune encore intacte de 64 milliards de dollars en BTC.

Nous avons perdu trop de pirates informatiques à cause du suicide. Aaron Swartz. Gene Kan. Ilya Zhitomirskiy. James Dolan. Tous victimes de stigmatisation et d’une épidémie qui a imposé un prix au progrès technologique lui-même. Imaginez si le créateur de Bitcoin mourait bien avant qu’il ne puisse le voir à travers. Et si c’était vrai, qu’auraient-ils donné au monde s’ils avaient été traités avec la préoccupation et la dignité qu’ils méritaient ?


J’hésite à spéculer sur l’identité de Satoshi, étant donné que le discours est généralement allé de malavis à carrément idiot et contraire à l’éthique.

Mais avec Craig Wright réclamant frauduleusement le crédit pour la création de Bitcoin, il est important que nous revisitions le sujet et que nous recentrions la discussion autour des Cypherpunks qui ont réellement construit Bitcoin.


Quel que soit Satoshi, ils étaient très « debout sur les épaules des géants » Bitcoin a été l’aboutissement de décennies de recherche et de discours accumulés au sein de la communauté Cypherpunk. En ce sens, Len a été sans équivoque un contributeur indirect. Pourtant, il doit se demander qui a réellement écrit le code, couru le premier nœud et posté en utilisant le pseudonyme Satoshi.


Pour synthétiser et mettre en œuvre la myriade d’idées sur lesquelles Bitcoin était basé, cette personne ou ce groupe de personnes aurait nécessité une combinaison unique d’expertise couvrant l’infrastructure à clé publique, la cryptographie académique, la conception de réseau P2P, l’architecture de sécurité pratique et la technologie de la protection de la vie privée. Ils auraient probablement été profondément enracinés dans la communauté Cypherpunk et adjacents aux chiffres qui se sont avérés être des influences majeures sur la crypto-monnaie.

Enfin, ils auraient eu besoin de la conviction idéologique et de l’éthique des pirates pour «retrousser leurs manches » et construire anonymement une version réelle des idées qui avaient déjà été reléguées dans le domaine de la théorie.
Quand je considère la vie de Len, je vois beaucoup de ces mêmes traits et je pense qu’il y a une réelle possibilité que Len ait été un contributeur direct à Bitcoin.


À la lumière de l’attention sans précédent que la crypto-monnaie reçoit, j’espère pouvoir attirer l’attention sur l’un des « héros non ingés » à qui nous devons du crédit. J’espère également que nous pourrons réfléchir à l’immense importance de s’attaquer aux maladies mentales et en particulier aux troubles neurologiques fonctionnels qui méritent beaucoup plus d’attention.

Origines

Même dans sa jeunesse, Len était un technologue autodidacte qui s’est tourné vers la cryptographie et le développement de protocoles. Bien que vivant dans une petite ville de Pennsylvanie, à 18 ans, Len faisait partie du
groupe de travail sur l’ingénierie Internet responsable du protocole TCP/IP sous-jacent à Internet et plus tard du réseau Bitcoin.

« Toujours un genre d’enfant bizarre parce qu’il était intelligent »,


Len a re
çu
un diagnostic de dépression à l’adolescence. Malheureusement, il a souffert d’expériences traumatisantes aux mains de praticiens psychiatriques « sadiques à la limite », des expériences qui laisseraient probablement quelqu’un méfiant des prétendus figures d’autorité.


En 1999, Len a déménagé dans la région de la baie et est rapidement devenu un habitué de la communauté Cypherpunk. Il a emménagé avec Bram Cohen, créateur de Mojo et Bittorrent, et a été contributeur à la légendaire
liste de diffusion Cypherpunk où Satoshi a annoncé pour la première fois Bitcoin. D’autres pirates se souviennent de lui comme étant intelligent et léger, poursuivant un écureuil lors d’une réunion Cypherpunk et faisant le tour à toute vitesse dans une voiture de sport avec une carte « Get Out of Jail Free » au cas où il serait arrêté.

À SF, Len s’est consacré à la défense des libertés personnelles et de la vie privée par une action directe technologique et politique. À 21 ans, il a fait les gros titres pour avoir organisé des manifestations contre la surveillance gouvernementale, ainsi que l’emprisonnement du pirate informatique Dmitri Skylarov.

PGP

Au début de sa carrière, Len s’est distingué en tant qu’autorité en cryptographie à clé publique – la fondation de Bitcoin. À 22 ans, il présentait lors de conférences et avait fondé une startup de crypto-monnaies à clé publique avec le célèbre activiste open source Bruce Perens.

Après l’effondrement de la start-up à la suite de la bulle Dot-com, Len a rejoint Network Associates pour aider à développer PGP encryptioncentral en Bitcoin. Travaillant sur la sortie de PGP7 en 2001, Len a mis en place des tests d’interop pour les implémentations OpenPGP, le mettant en contact avec de nombreux pionniers de la cryptographie importants. Len a également contribué à la mise en œuvre d’OpenPGP par GNU Privacy Guard et a travaillé avec l’inventeur de PGP Phil Zimmerman pour inventer un nouveau protocole cryptographique.

Lors de l’introduction de Bitcoin, Satoshi a déclaré qu’il espérait que Bitcoin pourrait être « la même chose pour l’argent » que la cryptographie forte (c.-àd. PGP) était pour sécuriser les fichiers

« Il y a une génération, les systèmes informatiques à temps partagé multi-
utilisateurs avaient un problème similaire. Avant un cryptage fort, les utilisateurs devaient compter sur la protection par mot de passe…


Ensuite, un cryptage fort est devenu disponible pour les masses, et la confiance n’était plus nécessaire… Il est temps que nous ayons la même chose pour l’argent. »

Hal Finney

Chez Network Associates, Len a travaillé sur PGP aux côtés de Hal Finney. Finney a été le deuxième développeur PGP et a aidé à créer la norme RFC 4880 pour l’interopérabilité OpenPGP. Il a également été le premier et le
plus important contributeur de Bitcoin après Satoshi :

 

  • Finney a été la première personne autre que Satoshi à contribuer au code de Bitcoin et à exécuter un nœud Bitcoin.
  • Finney a été le premier destinataire de Bitcoin (envoyé par Satoshi lui-même).
  • Finney a inventé le concept de preuves de travail réutilisables sur lequel repose l’exploitation minière de Bitcoin.
  • Satoshi a correspondu avec Finney de manière extrêmement avant même la sortie de Bitcoin. Dans l’un de leurs derniers messages, Satoshi a publiquement intimé leur respect pour Finney.

    Sans surprise, Finney est l’un des candidats les plus populaires pour Satoshi, bien que cela implique que Finney a falsifié ses vastes interactions par e-mail avec Satoshi et a simultanément contribué à Bitcoin sous son vrai nom
    et une fausse identité distincte. Finney continuerait également à travailler sur Bitcoin bien après que Satoshi ait « déménagé » en 2011.

    Remailers

    Len et Finney partageaient un ensemble de compétences très rares et pertinents : ils étaient tous deux développeurs de la technologie de remailer qui était un précurseur de Bitcoin. Proposé par David Chaum aux côtés de la crypto-monnaie, les remailers sont des serveurs spécialisés pour l’envoi d’informations de manière anonyme ou pseudonyme.

    Il était très courant de les utiliser lors de la contribution à la liste de diffusion Cypherpunk, qui était elle-même construite sur des ré-mailers distribués.

    « Diagramme d’un ré-mail de type II »

    Alors que les premiers remailers ont simplement transmis des informations tout en obstruant l’identité d’un expéditeur, des protocoles ultérieurs comme Mixmaster (le remailer le plus populaire) s’appuyaient sur des nœuds décentralisés pour distribuer des blocs d’informations cryptées de taille fixe sur un réseau P2P. L’architecture de Bitcoin est très similaire à celle des remailers, bien que ses nœuds transmettent des données de transaction à la place des messages. En 1997, le fondateur de l’anarchiste des crypto-monnaies, Tim May, a même proposé une monnaie numérique basée sur des remailers.


    En tant que développeur principal, opérateur de nœuds et mainteneur principal de Mixmaster, Len était un éminent expert en technologie de remailer. Il a également mis en œuvre une technologie similaire en tantqu’ingénieur système et architecte de sécurité pour le garde de la vie privée Anonymizer.

    Non seulement les remailers étaient un progéniteur technologique direct de Bitcoin, mais ils étaient fondamentaux pour son histoire intellectuelle. Dans l’essai Why Remailers, Finney a fait valoir que les remailers étaient le fondement d’une économie numérique anonyme.

    Les remailers représentent le « rez-de-chaussée » de cette maison d’idées – la capacité d’échanger des messages en privé, sans révéler nos vraies identités. De cette façon, nous pouvons nous engager dans des transactions, afficher des informations d’identification et conclure des transactions, sans que les bases de données gouvernementales ou d’entreprise ne suivent chacun de nos mouvements.


    Une vision de Cypherpunk comprend la possibilité de s’engager dans des
    transactions de manière anonyme, en utilisant de la « trésorerie numérique. »c’est un autre domaine où le courrier anonyme est important.

    Les opérateurs de remailer ont été quelques-uns des premiers à reconnaître le besoin de la crypto-monnaie : sans un moyen de paiement anonyme, les remailers devaient être gérés de manière altruiste aux frais de leur opérateur. Cela a introduit des problèmes d’évolutivité et a signifié que le spam et les abus étaient un problème constant. Pour cette raison, de nombreux concepts fondamentaux de la crypto-monnaie sont issus de la nécessité d’un remailer à but lucratif résistant aux abus :

        • En 1994, Finney a proposé que les remailers puissent être monétisés via des « pièces de monnaie » et des « jetons en espèces » anonymes.
        • Les contrats intelligents ont d’abord été discutés dans le contexte de la prévention des abus de remailer. Le document prémonitoire de Nick Szabo de 1997 sur les contrats intelligents fait spécifiquement référence
          à Mixmaster.
        • Ian Goldberg et Ryan Lackey (dont Len connaissait tous deux) étaient des personnalités majeures de la communauté des remailers qui ont travaillé sur une crypto-monnaie inachevée appeléeHINDE en 1998. Ian
          a plus tard créé plusieurs premiers clients ecash et Ryan est devenu CSO de Tezos.

      En conséquence, le deuxième article de Satoshi sur Bitcoin a déclaré que le paiement à l’envoi de courriels était le premier cas d’utilisation de travail de Bitcoin.

      « Au départ, il peut être utilisé dans des applications de preuve de travail pour des services qui pourraient être presque gratuits, mais pas tout à fait.


      Il peut d
      éjà être utilisé pour le paiement à l’envoi par courrier électronique. La boîte de dialogue d’envoi est redimensionnable et vous pouvez entrer autant de message que vous le souhaitez. »

      Adam de retour

      Adam Back, PDG de Blockstream, a croisé des chemins avec Len dans la petite communauté des remailers – la première personne à communiquer avec Satoshi. L’intérêt de Back pour la crypto-monnaie a commencé par l’exécution d’un remailer, et il a créé le système de preuve de travail HashCash pour les opérateurs de remailer afin de lutter contre le spam et les attaques DDOS. Satoshi utilisera plus tard HashCash comme base de l’exploitation minière de Bitcoin.

      Nous savons que Len a directement collaboré avec Back, l’énumérant comme contributeur à un document de recherche ainsi qu’une note de service Mixmaster. Les deux ont travaillé sur de nombreuses implémentations OpenPGP et ont été connectés dans le réseau de confiance PGP de l’autre.

      Fait intéressant, Back lui-même a suggéré que Satoshi aurait pu être un développeur de remailer, notant que les développeurs « pratiqueraient leur propre technologie » pour contribuer sous pseudonyme aux discussions sur les protocoles cryptographiques. Contrairement à de nombreux Cypherpunks discutés, nous savons que Len a apporté de nombreuses contributions pseudonymes à la liste de diffusion Cypherpunk via des remailers.

      La réponse de Bram Cohen à cet article, suggérant que lui et Hal Finney auraient pu être collaborés sous pseudonyme

      Chaum et COSIC

      Après le lycée, Len a travaillé pour subvenir aux besoins de sa famille et n’a jamais eu la chance d’aller à l’université. Malgré cela, en 2004, il a obtenu son « emploi de rêve » en tant que chercheur et candidat au doctorat au COSIC, le Computer Security and Industrial Cryptography Research Group de K.U. Louvain en Belgique.

      Le conseiller Ph.D. de Len au COSIC n’était autre que le « père de la monnaie numérique » David Chaum. Alors que Chaum a jeté les bases de l’ensemble du mouvement Cypherpunk et de toutes les cryptomonnaies, peu pouvaient prétendre avoir travaillé directement avec lui.

      Quelques-unes des réalisations pertinentes de Chaum :

          • L’invention de la crypto-monnaie dans son article de 1983 « Blind Signatures for Untraceable Payments »
          • L’invention de la blockchain, avec sa thèse de 1982 incluant le code pour tous les éléments de la blockchain, sauf un, détaillé dans le livre blanc Bitcoin.
          • La création du premier système de trésorerie électronique avec sa société Digicash. Le paiement anonyme entre les pseudonymes numériques était au cœur de cette vision

      « [Chaum] se tient au cœur d’un mouvement qui semble imparable – la numérisation de l’argent … le joker à l’ère de l’argent numérique est l’anonymat, et David Chaum pense que nous sommes en difficulté sans lui […] Il se tient au cœur d’un mouvement qui semble imparable – la numérisation de l’argent… Le joker à l’ère de l’argent numérique est l’anonymat, et David Chaum pense que nous sommes en difficulté sans lui »

      Alors que Digicash a échoué (en partie en raison d’une dépendance à l’égard des systèmes centralisés), Chaum voulait créer une deuxième monnaie numérique qui offrirait une combinaison d’anonymat et de praticité. Alors que beaucoup considéraient son échec comme la preuve que le paiement numérique était irréalisable, Satoshi a défendu les « anciennes monnaies Chaumiennes » tout en reconnaissant les problèmes causés par la centralisation.

      « Beaucoup de gens rejettent automatiquement la monnaie électronique comme une
      cause perdue à cause de toutes les entreprises qui ont fait faillite depuis les années
      1990. J’espère qu’il est évident que ce n’est que la nature contrôlée centrale de ces
      systèmes qui les a condamnés.« 

      La recherche de Len

      Len a travaillé au COSIC en Belgique jusqu’à sa mort en 2011. Au cours de cette période, il a accumulé 45 publications impressionnantes et 20 postes de comité de conférence. La recherche de Len était axée sur le développement de protocoles améliorant la vie privée avec une « applicabilité dans le monde réel » et un code de travail. Son principal projet (aidée par Bram Cohen) était la Pynchon Gate, une évolution de la technologie de remailer qui permettait la récupération d’informations pseudonymes via un réseau de nœuds distribués sans tiers de confiance.

      Pynchon Gate et méta-index + architecture de pools de godets

      Ce travail était très pertinent pour Bitcoin – au fur et à mesure que les travaux sur la porte de Pynchon progressaient, Len se concentrait de plus en plus sur la recherche de solutions à la faille byzantine (alias problème des généraux byzantins) qui avait été un obstacle majeur pour les réseaux P2P antérieurs.

      Dans le contexte de l’informatique distribuée, la tolérance aux pannes byzantines fait référence à la capacité d’un réseau à rester fonctionnel même lorsque les nœuds sont compromis ou peu fiables. La faute byzantine était l’un des plus grands problèmes qui devaient être résolus pour une crypto-monnaie sécurisée et décentralisée sans double dépense ni besoin de tiers de confiance. L’innovation la plus importante de Satoshi était un système de comptabilité « triple entrée » qui a résolu ce problème en utilisant la blockchain introduite par Chaum.

      Au cours du développement de Bitcoin en 2008-2009, Len était de plus en plus actif dans la cryptographie financière. Il a rejoint l’International Financial Cryptography Association et a présenté aux conférences sur la cryptographie financière et les données, où il a également occupé un siège au comité. Ce dernier a été fondé par Robert Hettinga, un défenseur précoce et éminent de l’argent numérique, ce qui était un sujet majeur lors des conférences.

      Satoshi en tant qu’universitaire

      De nombreux indices suggèrent que Satoshi travaillait dans le milieu universitaire pendant le développement de Bitcoin, une idée adoptée par le fondateur de la Fondation Bitcoin, Gavin Andersen.

      « Je pense que c’est un universitaire, peut-être un post-doc, peut-être un professeur qui ne veut tout simplement pas de l’attention ».

      Les contributions et les commentaires de Satoshi sur le code ont fortement augmenté pendant les vacances d’été et d’hiver, mais ont diminué à la fin du printemps et à la fin de l’année, lorsqu’un universitaire aurait assisté et/ou noté les finales

      La réponse de Bram Cohen à cet article, suggérant que lui et Hal Finney auraient pu être collaborés sous pseudonyme

      La construction idiosyncrasique du code de Bitcoin suggère également que Satoshi avait une formation académique. Il a été décrit comme « brillant mais bâclé », évitant les pratiques conventionnelles de développement de logiciels telles que les tests unitaires, mais présentant une architecture de sécurité de pointe et une compréhension experte de la cryptographie et de l’économie académiques.

      Quiconque l’a fait avait une compréhension approfondie de la cryptographie… Ils ont lu les articles universitaires, ils ont une intelligence aiguë et ils combinent les concepts d’une manière véritablement nouvelle.

      Lorsque l’éminent chercheur en sécurité Dan Kaminsky a examiné pour la première fois le code de Satoshi, il a essayé de le pentest avec 9 exploits différents, mais a été étonné de constater que Satoshi les avait déjà anticipés et corrigés

      « J’ai trouvé de beaux bugs, mais chaque fois que je suis allé après le code, il y avait une ligne qui traitait le problème. […] Je n’ai jamais rien vu de tel. »

      Cela pourrait suggérer que Satoshi et Kaminsky avaient partagé un ensemble d’expériences et d’expertise infosec. Par coïncidence, Len et Kaminsky ont co-écrit et présenté un article démontrant les méthodes d’attaque des infrastructures de clé publique.

      De plus, le livre blanc Bitcoin a été publié dans un média rarement vu sur la liste de diffusion Cypherpunk – un document de recherche formaté LaTeX avec des pièges académiques tels qu’une citation Résumé, Conclusion et MLA. Comparez cela à d’autres propositions comme Bitgold et b-money qui étaient des articles de blog non structurés.

      Satoshi en Europe

      Depuis que COSIC était basé à Louvain, Len vivait en Belgique pendant le développement de Bitcoin. Cela est saillant étant donné qu’un certain nombre de faits suggèrent que Satoshi était basé en Europe – le principal objectif d’une enquête initiale du New Yorker.

      L’écriture de Satoshi présente l’orthographe et les choix de mots idiosyncrasiques de l’anglais britannique tels que « bloody difficult », « flat », « maths », grey », ainsi que le format dd/mm/aaaa date. Cependant, Satoshi fait également référence aux euros plutôt qu’aux livres.

      Le Genesis Block de Bitcoin comprenait également un titre de l’exemplaire de ce jour-là du journal The Times (« The Times 03/Jan/2009 Chancelier au bord d’un deuxième sauvetage pour les banques »). Ce titre était spécifique à la version imprimée, qui n’était diffusée qu’au Royaume-Uni et en Europe.
      En
      2009, The Times était un journal du Top 10 en Belgique et « largement utilisé
      par les universitaires et les chercheurs en raison de sa grande disponibilité dans les bibliothèques et de son index détaillé ».

      Ces indices nous laissent avec un paradoxe : ils suggèrent que Satoshi était européen, mais quelqu’un avec les compétences et l’exposition aux principales influences de Bitcoin aurait probablement été américain. Une grande partie de la communauté Cypherpunk a réuni des conférences et des rencontres, en partie de la raison pour laquelle un nombre
      disproportionné provenait d’Amérique et en particulier de SF. Les emplois où l’on aurait pu acquérir une expérience professionnelle de pointe en infosec et cryptographique étaient également concentrés aux États-Unis.

      Curieusement, Len utilisait le même anglais britannique que Satoshi même s’il était américain.

      L’analyse de l’historique des publications de Satoshi suggère qu’il s’agissait d’un « oiseau de nuit » européen qui travaillait sur Bitcoin après être revenu d’un emploi ou d’une école pendant la journée. À un moment donné, Satoshi a également déclaré qu’une augmentation des difficultés minières s’est produite « hier », ce qui n’aurait pas été vrai s’ils avaient vécu aux États-Unis.

      En supposant que Satoshi ait vécu une vie en dehors de Bitcoin, il l’a fait pendant la journée de travail/académique où il était en grande partie loin de son ordinateur à la maison… Si Satoshi vivait dans un fuseau horaire BST, il
      travaillait principalement la nuit, souvent dans les petites heures.

      Et lorsque nous examinons l’historique des tweets de Len, nous voyons que les horodatages des messages et des commits de code de Satoshi correspondent étroitement aux propres heures d’activité de fin de soirée de Len.

      Réseau P2P

      Bien qu’il ne soit pas la première crypto-monnaie, Bitcoin a été le premier à être basé sur un réseau distribué entièrement P2P. L’importance de cela est soulignée dans la toute première référence de Satoshi au Bitcoin :

      « J’ai travaillé sur un nouveau système de trésorerie électronique qui est entièrement peer-to-peer, sans tiers de confiance. »

      Afin de construire Bitcoin, Dan Kaminsky a déclaré que Satoshi aurait eu besoin de « comprendre l’économie, la cryptographie et les réseaux P2P », et Len a eu une exposition inhabituellement précoce et intime aux 3, ainsi que leur application à la monnaie numérique.

      Bram et Len dans une interview sur CodeCon

      Pendant son séjour à SF, Len a vécu et collaboré avec Bram Cohen, créateur du protocole P2P le plus utilisé : BitTorrent. Au cours de cette période (2000-2002), Bram a développé un réseau P2P révolutionnaire appelé MojoNation qui utilisait une monnaie numérique de « tapersojo« , ce qui en fait l’une des premières monnaies numériques à voir une publication publique fonctionnelle.

      Dans l’économie P2P de MojoNation, les « jetons » pourraient être échangés contre le stockage de fichiers, qui seraient cryptés et codés en « blocs » téléchargés sur un réseau distribué de nœuds hébergeant un grand livre public, rappelant le propre système de comptabilité bilatérale distribuée de Bitcoin. Mojo n’était pas seulement un jeton comptable interne, mais une monnaie complète – il pouvait être échangé contre des dollars et vice versa. Certaines des premières discussions sur la tokenomique concernent la mécanique des jetons Mojo.

      « Une unité de Mojo représente une tranche des capacités actuelles du système dans son ensemble. Si vous effectuez du travail pour moi maintenant, je vous donne des crédits, à l’avenir, lorsque le réseau sera plus grand, ces crédits représenteront une tranche d’une tarte beaucoup plus grande et auront donc augmenté en valeur lorsque vous les dépenserez. »

      Satoshi discute de la tokenomique d’une manière très similaire :

      Il a le potentiel d’une boucle de rétroaction positive ; à mesure que les utilisateurs augmentent, la valeur augmente, ce qui pourrait attirer plus d’utilisateurs pour profiter de la valeur croissante.


      Bien que visionnaire, l’économie de MojoNation s’est rapidement effondrée en raison de l’hyperinflation. Satoshi a consciemment conçu Bitcoin pour éviter ce sort grâce à la déflation intégrée et à la non-reliance sur un serveur central « mint ».

      En 2001, Bram a lancé BitTorrent. En tant qu’alternative P2P au Napster centralisé, BitTorrent a préfiguré la topologie et le système de consensus basés sur des nœuds distribués de Bitcoin, ainsi que son système d’incitation au niveau du protocole. BitTorrent a innové sur des réseaux comme Gnutella non seulement au niveau technique, mais aussi en utilisant
      des incitations économiques et la théorie des jeux.

      La conception de Bittorent par rapport à Napster

      Précérément, Len a déclaré à Bram que « BitTorrent le rendrait plus grand que [le fondateur de Napster] Sean Fanning ». Satoshi ferait plus tard référence à Napster pour expliquer la nécessité d’un réseau entièrement décentralisé.

      Les gouvernements sont bons pour couper les têtes d’un réseau contrôlé de manière centralisée comme Napster, mais les réseaux P2P purs comme Gnutella et Tor semblent tenir le leur.

      Par coïncidence, le fondateur de Len et Tor, Roger Dingledine, ont tous deux travaillé sur le protocole de remailer Mixminion, co-présenté à Black Hat, et ont fondé ensemble la conférence HotPETS.


      En 2002, Len et Bram ont cofondé une conférence appelée CodeCon, qui était axée sur des « projets hautement pratiques avec un code de travail« . Lors de CodeCon 2005, Finney a introduit des preuves de travail réutilisables via un client BitTorrent modifié qui a envoyé de la monnaie numérique P2P. Un commentateur a décrit ceci comme suit :

      … le premier serveur transparent au monde, qui pourrait faciliter un monde de serveurs RPOW distribués et coopérants.

      La monnaie numérique a été un sujet important lors de la première CodeCon, qui comprenait une démonstration impliquant HashCash d’Adam Back ainsi que Zooko présentant Mnet, un successeur entièrement open source et décentralisé de MojoNation. Mojo n’était pas lié à une seule entreprise et pouvait être audité de manière indépendante, ce que Satoshi considérait comme crucial.

      Capture d’écran du client Mnet

      Les cofondateurs de MojoNation, Zooko Wilcox et Jim McCoy, se sont également avérés être des inspirations pour les pionniers du Bitcoin et de la crypto-monnaie à part entière. Zooko a été l’un des premiers collaborateurs de Satoshi ainsi qu’un employé de David Chaum chez Digicash et lors de la sortie de Bitcoin v0.1 sur Bitcoin.org, Satoshi a inclus un lien vers le blog de Zooko. Zooko a ensuite fondé la principale crypto-monnaie Zcash axée sur la vie privée. Il a créé le cadre « triangle de Zooko » souvent discuté.

      Le triangle de Zooko est un trilemme de trois propriétés qui sont généralement considérées comme souhaitables pour les noms des participants à un protocle réseau

      McCoy est également une influence majeure au sein de la crypto-monnaie, et Ryan Selkis de Digital Currency Group a déclaré qu‘il croyait que McCoy pourrait être Satoshi.

      Hacktivisme

      Même selon les normes de la communauté Cypherpunk, Len et Satoshi avaient des convictions idéologiques et des engagements particulièrement forts pour ouvrir la connaissance.

      « J’aimerais que vous ne continuiez pas à parler de moi… Peut-être plutôt parler du projet open-source et donner plus de crédit à vos contributeurs de développement. »

      L’approche « hacktivistes » de Satoshi consistant à distribuer Bitcoin via un projet de base gratuit et open source contraste fortement avec ses prédécesseurs. Chaum, Stefan Brand, eCash et d’autres ont adopté une approche très différente : déposer des brevets, fonder des entreprises à l’origine fermée soutenues par le capital-risque et tenter de stimuler
      l’adoption par le biais de partenariats d’entreprise.


      Cela a été parallèle à la contribution étendue de Len à des projets open source tels que PGP, Mixmaster, GNU Privacy Guard et d’autres, ainsi qu’à sa vaste expérience de bénévolat avec des groupes comme Shmoo Group.

      En réponse à cette histoire, Bram a déclaré que Len avait une prédiction pour les sorties anonymes

      Satoshi a fait allusion à leurs penchants idéologiques à quelques reprises, affirmant que Bitcoin était « très attrayant pour le point de vue libertaire » et qu’il pourrait « gagner une bataille majeure dans la course aux armements et gagner un nouveau territoire de liberté pendant plusieurs années ».

      Len était également passionné par la nécessité de défendre les connaissances ouvertes et les progrès technologiques contre les interférences des entreprises et du gouvernement.

      « La quête de la connaissance est une partie fondamentale de l’être humain. Toute forme de retenue préalable contre cela est, à mon avis, une violation de notre liberté de pensée et de conscience. Donc, non seulement j’espère que nous pourrons éviter une législation trop restrictive… Je ne veux pas que quelqu’un construise un cadre qui pourrait être mal appliqué à cette fin. »

      Fin

      Tout comme Satoshi a créé Bitcoin derrière un pseudonyme, Len a été en quelque sorte forcé de vivre derrière un personnage qui lui est propre. À la suite d’un incident en 2006, Len souffrait de crises non épileptiques de plus en plus graves et de problèmes neurologiques fonctionnels, qui ont servi à exacerber la dépression qu’il avait combattu depuis son plus jeune âge.

      En tant que victime de stigmatisation, Len « avait l’impression qu’il devait maintenir cette façade d’être le même gars hyper-compétent«  et était « absolument terrifié » que son déclin de santé mettait fin à son travail et décevoir les personnes qui lui concernait.

      Malgré ces défis, Len a continué à travailler jusqu’à des mois avant sa mort, contribuant aux documents et même en se présentant à Dartmouth. Malheureusement, il a réussi à dissimuler la gravité de sa situation à presque tout le monde dans sa vie.

      « Il y avait très peu de gens qui avaient une idée de la distance qui s’était passée… Le seul refrain que j’ai entendu encore et encore était nous ne l’avons jamais su, il semblait qu’il allait bien ».

      Len se présentant à Dartmouth peu avant sa mort

      Tout comme Len s’est appuyé sur des idées qui l’ont précédé, on a l’impression qu’il était dévoué à construire des choses qui lui dureraient, l’une des raisons pour lesquelles il était engagé dans l’open source et la connaissance ouverte.

      « C’est notre héritage, cette recherche, ces idées que nous avons, qui mène à la connaissance qu’aucun humain dans l’histoire n’a eu l’occasion d’avoir auparavant, c’est ce que nous allons transmettre aux générations futures.
      Nous
      devons nous assurer que nous ne sommes pas soutenus dans un coin où nous ne sommes pas en mesure de distribuer cette recherche à d’autres, et que cela n’est pas enfermé dans des coffres-forts d’avocats en propriété intellectuelle. »

      Lorsque Len est décédé en 2011, cela a représenté une perte énorme pour le Cypherpunk et la communauté technologique dans son ensemble, un fait reflété dans l’énorme effusion de souvenirs et de sympathie qui a suivi. Un commentaire en particulier me ressort toujours : un post de Hacker News de « pablos08 ».

      « Je suis devenu ami avec Len et nous étions des cypherpunks coconspirators à une époque où c’était une frontière sauvage. Nous réimaginions notre monde, criblés de cryptosystèmes qui feraient appliquer mathématiquement les libertés que nous chérissions. Des remailers anonymes pour préserver la parole sans crainte de représailles ; routeurs à oignon pour s’assurer que personne ne puisse censurer Internet ; argent numérique pour permettre une économie radicalement libre. Nous avons des plans pour tout décentraliser et tout distribuer […]


      Nous imaginons des menaces complexes et ésotériques aux problèmes que nous pourrions avoir un jour – nous éditons des protocoles futuristes pour nous isoler contre ces menaces. Tout cela est un exercice d’utopie geek hautement académique. J’ai tendance à le garder comme ça, mais Len voulait se salir les mains. »


      Les cypherpunks écrivent du code.

      Postface : Veuillez respecter la vie privée et la santé émotionnelle de la famille et des amis de Len. L’ordinateur portable de Len a été crypté et le mot de passe a été perdu. S’induire dans leur vie personnelle n’est pas seulement contraire à l’éthique, mais aussi futile.

      « […] Je l’aimais et il me manque. Cela ne signifie pas que je sais tout ce qu’il y avait savoir. Il a utilisé FileVault.

      Je ne sais pas quel était son mot de passe. Peu importe combien vous voulez savoir s’il était Satoshi, il m’est impossible d’accéder à son ordinateur portable ou à tous les fichiers qu’il contient. Cette porte est fermée. »

      Nos derniers articles

      HackBitcoin, une certaine vision de l’adoption

      HackBitcoin, une certaine vision de l’adoption

      HackBitcoin, une certaine vision de l’adoption Avec son événement à Concepción de Ataco, HackBitcoin espère inaugurer une certaine approche dans l’adoption de Bitcoin que l’on espère plus durable. Cette nouvelle expérience ambitionne de développer une série...

      Blixt

      Blixt

      Blixt est un nouveau nœud et porte-monnaie mobile BTC et LN puissant. DarthCoin nous a rédigé un article dans lequel il présente les fonctionnalités mais aussi des tutoriels pour comprendre comment utiliser Blixt et se connecter à d’autres nœuds. Un article traduit par Asi0.

      LNBits overview

      LNBits overview

      LNBits, c’est quoi exactement ?

      LNBits, c’est quoi exactement ? Pour faire simple, c’est un nouveau système de management des factures entrantes et sortantes. Clara Desombre nous en dit plus.

      Azores

      Azores

      J’ai eu la chance (et l’honneur) de participer à la première édition de la non-conférence Bitcoin qui s’est déroulée sur 2 jours dans l’archipel des Açores. Et je vais vous partager mon expérience. Mais tout d’abord, qu’est-ce-qu’une « non-conférence » ?

      DarthCoin à propos de l’étude du Bitcoin

      DarthCoin à propos de l’étude du Bitcoin

      Découvrir Bitcoin, c’est comme tomber dans un terrier sans fin et avec des milliers d’embranchements. Mais par où commencer ? Cet article nous apporte quelques enseignements à ce sujet. Prépare toi à un voyage de toute une vie ! Un article de DarthCoin traduit par Asi0.